Mystery Train

Publié le par Benjamin Mimouni

Keith and Tex

Keith and Tex

Cette semaine, ma chanson préférée est Stop That Train, celle de Keith and Tex, qui n'a rien de commun, si ce n'est le titre, avec la chanson des Wailers que l'on trouve sur Catch A Fire. Bien sûr c'est pas malin malin d'avoir donné le même titres à deux chansons si différentes alors que la version de Big Youth, qui reprend le riddim de Keith and Tex, s'appelle Cool Breeze. Allez comprendre... Mais si tout était simple on s'amuserait beaucoup moins dans la vie.

Je commence en disant que le titre de cet article est celui d'un livre de Greil Marcus consacré à l'histoire du rock' n roll, publié en France par le même éditeur, Allia, que le livre de Lloyd Bradley : Bass Culture. Si vous voulez de bons bouquins sur la musique, c'est vers chez eux que je vous encourage à aller voir. Mystery Train est également le titre d'un film de Jim Jarmusch qui se passe à Memphis, avec notamment Joe Strummer, Screamin' Jay Hawkins, Tom Waits (enfin sa voix), et Elvis (enfin son fantôme). Comme quoi on a beau être un gros fan de reggae, on n'en néglige pas ses classiques rock pour autant. Mais revenons-en à nos wagons.

La chanson de Keith and Tex sort en 1967 et entre dans le top 15. elle devient immédiatement un succès de sound-system. L'intro à la guitare est légendaire. Elle se reconnaît instantanément. Il faut dire que Lyn Taitt, le gratteux en question, est une sacrée pointure. Puis ce sont les voix haut perchées de Keith and Tex qui s'en mêlent. Le tout produit par Derrick Harriott. Tout pour marcher, et ça marche.

En 1972, le même Derrick Harriott confie le riddim de Stop That Train à un Big Youth en pleine ascension. Ça donne Cool Breeze, avec en backing les mêmes musiciens (The Crystalites) : le son est là, ne manque que Lynn Taitt. C'est donc Big Youth lui-même qui se charge de l'intro. Et ça fonctionne. Il décroche un gros hit.

Le parrain du deejaying (U-Roy) n'est pas en reste. Lui aussi sort sa version de Stop That Train, sans doute un peu avant celle de Big Youth mais je n'ai pas la date précise en tête. Le riff de guitare est là, de même que les voix de Keith and Tex reprenant en chœur le refarin :

« Stop that train

I want to get on

My baby is leaving me now ».

Clint Eastwood and General Saint Stop That Train

Clint Eastwood and General Saint Stop That Train

Pareil pour la troisième version DJ signée Clint Eastwood et General Saint, qui donne d'ailleurs son titre à leur second album de 1983. sur la pochette, on voit une photo d'eux en train (c'était facile...) de faire les débiles accrochés à une locomotive. J'aime beaucoup cette version-là, assez longue, qui pendant deux minutes se contente de reprendre la chanson originale en la ponctuant à peine de quelques « heu! » gutturaux à la fin du refrain, avant d'être investie par les deux lascars toujours aussi géniaux. Relisez donc les deux textes que je leur ai consacrés et réécoutez leurs albums, après on en reparle. En tout cas je ne reviens pas là-dessus : Clint Eastwood et General Saint sont de vrais tueurs.

Voilà donc quatre titres (ou quatre versions déclinaisons d'un même titre) que l'on peut ranger sans rougir au nombre des bonnes chansons. Ma préférence, j'espère qu'on l'aura compris, va à la version de Clint Eastwood et General Saint, quoi que Cool Breeze ne soit pas mal non plus.

Black Uhuru The Great Train Robbery

Black Uhuru The Great Train Robbery

Et puisque nous voilà lancés sur les rails, voici quelques autres titres ferroviaires à se foutre dans les oreille en regardant le paysage défiler : Train To Skaville des Ethiopians, avec des voix imitant les sirènes des vieux trains à vapeur (bip bip suraïgus et grésillants), repris plus tard par The Selecter pendant le revival ska britannique, Last Train To Skaville de Jackie Mitto and The Soul Brothers, qui vaut le détour rien que pour son énorme son de batterie en intro. The Great Train Robbery de Black Uhuru. Et puis bien sûr Stop That Train de Bob Marley and The Wailers, qui n'a rien à voir avec etc, etc, mais ça, vous le saviez déjà.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article