Package Victim (Black Panther Two)

Publié le par Benjamin Mimouni

Package Victim (Black Panther Two)

Cette semaine, mon chanteur préféré est Claude Sang, encore plus inconnu que les trois précédents : Wayne Jarrett, Michael Prophet et Anthony Johnson, car lui n'a aucun tube à son palmarès. Le seul album qu'il ait enregistré, à ma connaissance, n'a même pas de titre, il s'appelle juste The World Of Reggae vol 1. Claude Sang., sur le label Sugar. Est-ce qu'il y a une suite à la série, un World Of Reggae vol 2.? Aucune idée. Mais la pochette du volume 1 c'est quelque chose!

Une autre jeune femme noire sublime et dénudée (il faut croire que ça fait vendre...). Les cheveux longs tombant sur ses épaules et les bras croisés sur sa poitrine nue. La femme de Soul Rebel avait certes le chemisier entièrement dégraphé, mais elle était en treillis militaire et portait une mitraillette. Là, rien de tout cela. On est dans la sensualité pure. C'est juste une belle femme dévêtue, moins amazone, plus féminine, histoire de mieux vendre le disque, et ça fonctionne carrément.

Sur l'album, aucun tube. Dix chansons du plus pur style lover rock : I'M In Love Again, Lonesome Without You, You'll Never Fool Me Again. Bref, des chansons d'amour sur un rythme sautillant de basse totalement raccord avec l'époque : on est en 1970, aux balbutiements du reggae, la pensée rastafari ne s'est pas encore imposée. On reste plus ou moins sur les thèmes du rocksteady, l'amour en tête de liste.

Au dos du disque, une photo de Claude Sang. Enfin je suppose que c'est lui. Qui d'autre sinon? La jambe gauche appuyée sur un muret, regardant l'horizon. Il porte sa veste sur son épaule. Coupe à la brosse. Lunettes de soleil. Décontracté. Franchement, les deux photos combinées donnent aussitôt envie de s'acheter le disque sans même l'écouter. D'abord il y a le flash de la belle gosse, puis vient le côté bon gars du chanteur.

J'avoue que je n'écoute pas cet album tous les jours, loin s'en faut, mais quand même de temps en temps et c'est un petit bonheur à chaque fois. Musique légère et sautillante, pas trop de chœurs, un bon son. Ça parle d'amour sans excès, sans chaos, et parfois ça repose :

« She was tall and pretty

This girl that I met

In Moscow at midnight

How could I forget

Girl you took my heart ». One Step Beyond.

Il y a encore un troisième argument, un texte de présentation rédigé par un attaché de presse très complaisant et qui doit faire partie de la famille du chanteur :

« Claude Sang est né à Kingston, Jamaïque, il y a 26 ans.

En tant que membre du groupe d'adolescents The Jiving Junior très connu en Jamaïque, Claude, âgé de 14 ans, s'est produit au célèbre Apollo Theatre de New-York, aux côtés de Frankie Lymon and The Teenagers et un nouveau groupe appelé Smokey Robinson and The Miracles.

Après une année de succès en Amérique, il est rentré en Jamaïque où il est une top personnalité ».

Des inconnus ou presque, mêlés à des légendes, des noms lâchés avec aplomb les uns à la suite des autres sans ciller pour donner plus d'aura à un Claude Sang resté, malgré les qualités indéniables de ses chansons, un obscur, et certainement pas une top personnalité...

Si un jour, au détour des bacs d'un quelconque disquaire, vous tombez sur The World Of Reggae vol.1 Claude Sang, jetez-vous dessus sans hésiter vous ne le regretterez pas. Foi d'animal.

Et même si vous ne l'écoutez pas, vous aurez toujours le plaisir de tomber nez à nez avec une bête de pochette. L'une des plus belles que j'aie jamais vue.

Commenter cet article

FabFab 04/11/2015 02:49

Complètement inconnu ! Merci de me faire encore découvrir des chanteurs inconnus, ça n'arrive pas tous les jours :)